Les ateliers proposés par la compagnie Rouge Cheyenne
Compagnie de théâtre Rouge Cheyenne

Nos ateliers Retour aux ateliers

Antigones

Création avec 16 élèves héllénistes de 3ème du collège France Bloch Sérazin – Poitiers, et Estelle Bisserier, enseignante agrégée de lettres classiques.

Ce projet est né de la rencontre avec une enseignante de grec au collège et le désir de monter une pièce de théâtre grec, faire jouer les élèves dans un dialogue entre le grec ancien parlé et le français.
Faire dialoguer l’Antigone de Sophocle, la politique, et l’Antigone d’Anouil, la romantique. 
Faire dialoguer les voix de ces jeunes de 15 ans en 2023, avec la voix de cette héroine tragique, qui refuse l’injustice et le totalitarisme.
Antigone est une voix puissante qui résonne aujourd’hui encore, lorsque nous refusons le pouvoir aveugle, les injonctions imbéciles, lorsque nous sortons de l’absolu totalitaire et que nous entrons dans le cru du vivant.

CRÉON: Toi. Toi qui baisse la tête vers le sol. Avoues tu avoir fait cela?

ANTIGONE: Oui, je l’avoue, je n’ai pas l’intention de nier.

CRÉON: Réponds moi d’un mot, sans phrases. Connaissais tu l’interdiction que j’avais faite?

ANTIGONE: Evidemment. Tout le monde la connaissait.

CRÉON: Et tu as osé passer outre à mes lois?

ANTIGONE: Oui. Car ce n’est pas Zeus qui les a proclamées ni la justice, compagne des dieux d’en bas. Ils n’ont jamais fixé de telles lois pour les hommes, et tes interdictions crois moi sont peu de choses à côté des lois naturelles et immuables des Dieux, ces lois que tu prétends fouler du pied, toi, un mortel, elles ne sont pas d’hier ni d’aujourd’hui, elles existent depuis toujours au point que nul ne sait quand elles sont apparues. Et il faudrait que moi, par peur d’un homme, j’aille risquer le châtiment des dieux. Un jour ou l’autre je mourrai, même sans tes interdits, et j’ai tout à gagner à mourir avant l’échéance, car lorsqu’on vit, comme je le fais, au milieu de malheurs sans nombres, on ne peut que gagner qu’à mourir. Subir ce sort, pour moi, n’a rien d’intolérable. L’intolérable c’était de laisser pourrir sans tombeau, le corps de mon propre frère, oui, c’était cela pour moi l’intolérable. Mais à présent ma conscience est en paix. Tu penses que je suis folle, mais le vrai fou en vérité c’est celui qui me traite de folle.

Antigone. Sophocle. Traduction: Jacques Lacarrière.

ANTIGONE: Je ne me tairai pas ! Je veux savoir comment je m’y prendrai, moi aussi, pour être heureuse ? Tout de suite, puisque c’est tout de suite qu’il faut choisir. Vous dites que c’est si beau la vie. Je veux savoir comment je m’y prendrai pour vivre.” 
CRÉON : Tu ne sais plus ce que tu dis. Tais-toi.
ANTIGONE: Si je sais ce que je dis, mais c’est vous qui ne m’entendez plus. Je vous parle de trop loin maintenant, d’un royaume où vous ne pouvez plus entrer avec vos rides, votre sagesse, votre ventre. (Elle rit) Ah ! je ris, Créon, je ris parce que je te vois à quinze ans, tout d’un coup !

Antigone, Jean Anouilh.

Ce parcours d’ateliers prévoit une étude de textes d'”Antigone” de Sophocle, en grec et en français.
Puis une mise en jeu de ces textes antiques dans leur langue d’origine (le grec ancien) et dans leur traduction, en dialogue avec le texte contemporain d'”Antigone” de Jean Anouil, , portés par la voix de 16 jeunes héllénistes, “Antigones” d’aujourdhui.

Une rencontre au delà des âges, au delà des siècle, et toujours la même question: où est la justice? Du côté du pouvoir? Du côté des dieux? Du côté de la vie?